Boutique Nouveau : Testez-vous !
02 43 72 25 88*
*Numéro national non surtaxé

Nos agences sont ouvertes :
Du lundi au vendredi de 9h à 17h
Le samedi de 10h à 18h

Contactez-nous - Réponse sous 24h

Trouver une agence

BILAN DE COMPÉTENCES

Interview de Jessica V., infirmière libérale

Vous trouverez ci-après la transcription de l’interview, réalisée le 3 novembre 2022, de Jessica V., infirmière libérale. Elle apporte un éclairage professionnel sur les spécificités de son métier.

Interview, infirmière libérale, métier, à domicile, formation, école d'infirmière, soins, médecin, infirmière associée, infirmière collaboratrice, infirmière remplaçante, professionnel de santé, bilan de compétences, ORIENTACTION

L’activité d’infirmière libérale :

1- Depuis quelle année exerces-tu comme infirmière libérale ?

Je suis infirmière libérale depuis janvier 2004.

2- Quel est ton parcours professionnel ?

J’ai obtenu le diplôme d’État d’infirmier en 1999. Je devais alors commencer comme salariée, car on ne pouvait devenir infirmière libérale qu’après au moins trois ans d’expérience en milieu hospitalier (deux ans aujourd’hui).

Ainsi, jusqu’en 2003, j’ai été salariée dans un centre de rééducation et dans différentes cliniques (essentiellement dans le service orthopédie), en intérim.

Je trouvais le rythme soutenu et les horaires contraignants, pour un salaire finalement faible. En janvier 2004, j’ai répondu à l’annonce d’une infirmière libérale qui cherchait une collaboratrice, et j’ai obtenu la place.

De 2008 à 2012, je suis devenue associée dans un cabinet, puis dans un autre jusqu’en 2016. Cette année-là, j’ai décidé de m’installer, avec une autre associée, et de créer ma propre tournée. Aujourd’hui, je n’ai plus d’associée, mais une collaboratrice et une remplaçante.

3- Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail ?

J’ai la chance de travailler seulement dix à douze jours par mois, un seul week-end sur trois, et de bien gagner ma vie. Personne ne m’impose mon planning ni mes vacances.

J’ai mis en place une tournée à taille humaine, où nous pouvons prendre le temps avec chaque patient, selon un principe de créneaux horaires.

Pour répondre aux besoins, je commence mes journées vers 7 heures, et termine au plus tard à 20 heures, mais avec une coupure obligatoire de 13 à 16 heures. J’en profite pour faire ma pause déjeuner et me reposer.

4- Que trouves-tu le plus difficile dans ce métier ?

Se retrouver en tant que seule professionnelle au domicile d’un patient présente des difficultés. La communication avec certains médecins par téléphone, ou avec la famille sur place, n’est pas toujours simple.

5- Dans ta formation et tes expériences, qu’est-ce qui te sert le plus aujourd’hui ?

Les modules de psychologie de la formation d’infirmier se révèlent déterminants pour une personne exerçant en libéral. Le côté relationnel est alors exacerbé.

Savoir écouter et se montrer bienveillante est essentiel, d’autant que la majorité des patients sont des personnes âgées.

Dans notre formation, les stages dans de nombreux services différents m’ont également beaucoup servi. En libéral, nous ne sommes en effet pas rattachées à un service, donc un type de pathologie en particulier. Les stages sont d’ailleurs complémentaires de la richesse de la formation théorique : modules de physiologie, d’anatomie, mais aussi pathologie.

6- Quels seraient tes conseils pour une personne qui débute en tant qu’infirmière libérale ?

L’essentiel reste de se montrer à l’écoute des patients, en plus d’une bonne organisation.

Aspirations et perspectives :

7- Souhaites-tu faire évoluer ton organisation de travail actuelle ?

Le rythme actuel me convient parfaitement. Je souhaite également continuer à travailler à trois. Nous utilisons énormément une messagerie sécurisée, pour échanger sur les soins, demander conseil… C’est très constructif.

Nous échangeons aussi avec les autres infirmières du quartier, grâce à une autre messagerie spécifique, réservée aux professionnels de santé.

8- As-tu des projets d’évolution quant à ton activité professionnelle ?

Dans l’idéal, je souhaiterais évoluer avec deux collaboratrices, plutôt qu’une collaboratrice et une remplaçante. Une personne avec le statut de remplaçante ne peut pas facturer les patients pour elle-même. Je suis donc payée pour ses actes et je lui reverse une rétrocession, ce qui génère du travail administratif en plus.

 

Auteur : Sandra Grès

Date de publication : 6/12/2022

***

Dans le cadre d’une reconversion, le bilan de compétences ORIENTACTION permet de construire un projet professionnel qui a du sens pour vous.

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre reconversion ou dans votre évolution professionnelle par un expert, contactez ORIENTACTION. Nous vous accompagnons !

ORIENTACTION, c’est :

  • Plus de 800 consultant(e)s expérimenté(e)s présent(e)s partout en France,
  • Près de 50 000 personnes accompagnées depuis sa création,
  • Des valeurs humanistes de bienveillance et de non -jugement,
  • Une méthode créée par un docteur en psychologie,
  • Un organisme de formation certifié QUALIOPI.

#Être accompagné(e)

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre évolution professionnelle ?

Contacter un(e) conseiller(ère)

Orient’Action® est un groupe de cabinets spécialisés dans l’accompagnement des évolutions professionnelles et le recrutement


Autres actualités

02 43 72 25 88 *
*Numéro national non surtaxé
Contactez-nous