Boutique Nous rejoindre Le mag
02 43 72 25 88*
*Numéro national non surtaxé
Nous contacter

Nos agences sont ouvertes :

Du lundi au vendredi de 9h à 17h
Le samedi de 10h à 18h

Retour
Expression philosophique, La carte n'est pas le territoire, Perception de la réalité, Métaphore cognitive, Représentation mentale, Interprétation subjective, Différence réalité/modèle, Limites de la connaissance, Concept de sémiotique, Philosophie de la carte, Idée d'abstraction, Compréhension du monde, Distinction carte/territoire, Cartographie symbolique, Alfred Korzybski, Théorie de la représentation, Constructivisme, Idées préconçues, Cartes mentales, Réalité objective, Séparation conceptuelle, Philosophie de la perception, Analogie de la carte, Expérience subjective, Interprétation de la réalité.
27.01.2024 6 min. de lecture

Que signifie l’expression : « la carte n’est pas le territoire » ?

Dans notre quête de compréhension du monde, les cartes ont toujours été des outils indispensables. Elles représentent des espaces géographiques, politiques ou conceptuels, offrant une vue d’ensemble simplifiée et accessible. Cependant, il est crucial de se rappeler une maxime fondamentale : « la carte n’est pas le territoire ».

Cette phrase, popularisée par le scientifique et philosophe Alfred Korzybski (1879-1950), souligne une distinction importante entre la réalité et sa représentation.

👉 Bénéficiez d’un coaching « connaissance de soi » avec un(e) coach ORIENTACTION

La « carte », une représentation forcément limitée et subjective 

1. La carte est une représentation limitée du réel

Une carte, par définition, est une simplification. Elle ne peut capturer toute la complexité et la richesse du territoire qu’elle représente. Chaque carte est le produit de choix subjectifs : que faut-il inclure ou exclure, comment représenter des éléments tridimensionnels sur une surface plane, et quelles conventions adopter ? Ces décisions influencent la manière dont nous percevons le territoire.

2. La carte est par nature subjective

Toutes les cartes sont créées avec un but et une perspective particulière. Par exemple, les cartes historiques peuvent refléter les connaissances et les préjugés de leur époque. Les cartes politiques peuvent être dessinées pour refléter les revendications territoriales d’un pays. Cette subjectivité est inévitable et doit être reconnue pour comprendre les limites de ce que les cartes peuvent nous dire.

3. La carte en tant que représentation est différente du réel qu’elle est censée représenter

Il y a une différence fondamentale entre avoir une représentation d’un lieu et le vivre directement. Les sensations, les odeurs, les sons et l’atmosphère d’un lieu ne peuvent être pleinement capturés par une carte. La « carte » offre une vision abstraite, tandis que l’expérience du territoire est concrète et multisensorielle. La « carte » ne peut donc prétendre représenter toute la réalité et surtout l’expérience que les êtres humains font de cette réalité.

La « carte » comme occasion d’une réflexion plus large 

La maxime « la carte n’est pas le territoire », tout en étant ancrée dans le contexte géographique, s’étend bien au-delà pour toucher divers domaines de notre compréhension du monde. Cette idée que nos représentations sont inévitablement limitées et simplificatrices a des implications profondes dans la manière dont nous appréhendons la réalité dans son ensemble.

1. La notion de « carte » se rapporte à la notion de « préjugés »

Dans le domaine social et culturel, nos perceptions des personnes, des groupes et des cultures sont souvent des « cartes »’ simplifiées de la réalité complexe. Les stéréotypes et les généralisations sont des exemples de ces cartes mentales qui réduisent la richesse et la diversité des expériences humaines à des caricatures. Reconnaître que ces perceptions sont des simplifications nous aide à éviter les jugements hâtifs et à chercher une compréhension plus profonde et nuancée des autres.

2. La « carte » nous permet de réfléchir sur la science

En science, les théories et modèles sont des « cartes » qui tentent de décrire et d’expliquer les phénomènes complexes du monde réel. Ces modèles sont indispensables, mais ils ne capturent jamais entièrement la complexité de ce qu’ils représentent. L’histoire de la science est remplie d’exemples où de nouvelles découvertes ont remis en question ou complété notre compréhension antérieure, rappelant que nos meilleures théories ne sont que des approximations de la réalité.

3. Dans le domaine politique, nos « cartes » peuvent biaiser les décisions et les actions

Dans le domaine politique et idéologique, les idéologies sont comme des « cartes » qui offrent une vision simplifiée du monde social et politique. Ces « cartes » peuvent être utiles pour guider l’action et la réflexion, mais elles peuvent aussi devenir des entraves, lorsqu’elles sont confondues avec la réalité. La reconnaissance de cette distinction peut encourager le pluralisme et la tolérance envers différentes perspectives.

👉 Bénéficiez d’un coaching « connaissance de soi » avec un(e) coach ORIENTACTION

La « carte », une invitation à l’introspection 

La leçon selon laquelle « la carte n’est pas le territoire » s’applique à de nombreux aspects de notre existence. Elle nous rappelle d’être humbles dans notre quête de connaissance et ouverts à la complexité du monde. En reconnaissant que nos représentations, quelles qu’elles soient, sont toujours simplificatrices et incomplètes, nous restons ouverts à l’apprentissage, à la découverte et à l’évolution dans notre compréhension du monde et de nous-mêmes.

En tant que lecteur de cet article, vous êtes donc invité à réfléchir sur vos propres « cartes » – ces représentations mentales que vous utilisez pour naviguer dans le monde. Demandez-vous ce qu’elles vous permettent de comprendre et de voir :

  • Comment façonnent-elles votre perception des gens, des événements, des idées ?
  • Comment influencent-elles vos réactions et décisions ?

Mais, de manière tout aussi importante, interrogez-vous sur ce qu’elles omettent.

  • Quels aspects de la réalité pourraient-elles occulter ou déformer ?
  • Quelles perspectives ou possibilités pourraient-elles exclure de votre champ de vision ?

En prenant conscience des limites et des biais de nos cartes mentales, nous pouvons nous ouvrir à de nouvelles expériences, idées et perspectives. Cela peut nous inviter à écouter plus attentivement, à remettre en question nos présupposés, et à chercher activement des points de vue différents. En reconnaissant ce que nos « cartes » nous incitent à faire ou à négliger, nous pouvons devenir plus intentionnels dans nos actions, plus inclusifs dans notre pensée et plus adaptables dans notre approche du monde.

En fin de compte, cette introspection n’est pas un simple exercice intellectuel, mais une invitation à vivre de manière plus consciente et équilibrée. En acceptant que nos cartes ne sont pas le territoire, nous embrassons la complexité du monde et enrichissons notre expérience de la vie dans toute sa richesse et sa diversité.

👉 Bénéficiez d’un coaching « connaissance de soi » avec un(e) coach ORIENTACTION

Auteur : Dr Emeric Lebreton, cofondateur et dirigeant du groupe ORIENTACTION (29/01/2024)

***

➡️ Engagez un bilan de compétences pour approfondir votre connaissance de soi

➡️  Découvrez les 5 raisons de faire un bilan de compétences avec ORIENTACTION en vidéo

➡️ Passez dès maintenant le test : «qu’est-ce qui fait vraiment votre bonheur ? »

Nous vous accompagnons !

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre reconversion ou dans votre évolution professionnelle par un expert, contactez ORIENTACTION.

Contacter un(e) conseiller(ère)

ORIENTACTION c'est :

  • Plus de 800 consultant(e)s expérimenté(e)s présent(e)s partout en France,
  • Près de 50 000 personnes accompagnées depuis sa création,
  • Des valeurs humanistes de bienveillance et de non-jugement,
  • Une méthode créée par un docteur en psychologie,
  • Un organisme de formation certifié QUALIOPI.
02 43 72 25 88 *
*Numéro national non surtaxé
Contactez-nous