Boutique
02 43 72 25 88*
*Numéro national non surtaxé

Nos agences sont ouvertes :
Du lundi au vendredi de 9h à 17h
Le samedi de 10h à 18h

Contactez-nous - Réponse sous 24h

Trouver une agence

BILAN DE COMPÉTENCES

FICHE MÉTIER : COMMENT DEVENIR SAGE-FEMME ?

La sage-femme suit des femmes en bonne santé, de l’annonce d’une grossesse jusqu’au jour de l’accouchement, mais également après la naissance d’un nouveau-né. Nous vous proposons, dans cet article, d’explorer cette profession médicale, ses avantages et difficultés. Sont décrites également les différentes voies pour devenir sage-femme, leur rémunération et les perspectives d’évolution.

sage-femme, métier, médecin, profession médicale, accoucheur, maïeuticien, santé, accouchement, formation, rémunération, bilan de compétences, ORIENTACTION

À quoi ressemble le quotidien d’une sage-femme ?

Au fil des mois de grossesse, la sage-femme anime des séances de préparation à la naissance, basées sur la relaxation ou le yoga… Elle effectue également tous les examens de suivi nécessaires.

Quand le jour de l’accouchement arrive, c’est elle qui pose le diagnostic du début du travail. Elle en suit l’évolution, et est responsable du déroulement de l’accouchement.

Cette professionnelle de santé assure seule environ 85 % des accouchements. En cas de complication, elle doit faire appel le plus rapidement possible à un gynécologue-obstétricien ou à un chirurgien.

Après l’accouchement, la sage-femme s’occupe du nouveau-né. Elle pratique les gestes de réanimation néonatale si besoin.

La sage-femme surveille également le rétablissement de la mère. Elle la conseille sur l’allaitement et l’hygiène du bébé. La mission qui suit consiste en la rééducation périnéale.

Son rôle n’est pas seulement médical et technique, mais également relationnel. En effet, ce médecin spécialiste doit également veiller à bien expliquer les différentes étapes à la future mère, et la rassurer.

Spécialiste de la physiologie des femmes, ce médecin peut également assurer le suivi gynécologique des femmes au niveau préventif (contraception, traitement de la ménopause, contrôles…). En cas de pathologie particulière, elle doit orienter la patiente vers un(e) gynécologue.

Les hommes exerçant le métier de sage-femme sont peu nombreux (environ 3 % des effectifs). On les appelle maïeuticiens ou hommes sage-femme.

Pourquoi devenir sage-femme ?

Contribuer à donner la vie se révèle particulièrement valorisant.

Le chômage n’existe pas dans cette profession. En outre, les passerelles vers d’autres métiers sont nombreuses.

Quelles sont les difficultés du métier ?

Le nombre de places dans une école de sages-femmes (rattachée à un CHU) dépend de chaque université (numerus apertus).

Les horaires d’une sage-femme sont irréguliers, avec des gardes de nuit. En outre, le métier implique de lourdes responsabilités. Pour exercer, il faut donc avoir une bonne résistance à la fois physique et nerveuse.

Comment devenir sage-femme ?

La profession de sage-femme est réglementée par le code de la santé publique. Pour devenir sage-femme, il faut ainsi obtenir le diplôme d’État de sage-femme.

Cela correspond au total à cinq années d’études après le bac : une licence LAS (licence accès santé) ou PASS (parcours d’accès spécifique santé), puis quatre ans dans une école de sages-femmes. Depuis 2019, tous les titulaires d’un diplôme d’État d’auxiliaire médical (infirmiers, par exemple) souhaitant devenir sage-femme peuvent intégrer une école directement en 2e ou 3e année.

Rémunération et perspectives

80 % des sages-femmes exercent à l’hôpital ou dans une clinique privée. 16 % travaillent en libéral (après plusieurs années d’expérience), et 4 % dans un centre de PMI (protection maternelle et infantile).

Dans la fonction publique hospitalière, le salaire mensuel brut en début de carrière est de 2 000 €. Le secteur privé se révèle souvent plus rémunérateur. En libéral, une sage-femme touche une rémunération mensuelle brute moyenne de 2 300 €.

En cours de carrière, une sage-femme peut décider de bifurquer vers une autre profession médicale, ou vers le secteur paramédical. Elle bénéficie dans ce cas d’une dispense d’une partie de la formation. Ainsi, cette professionnelle de santé a la possibilité de préparer le diplôme d’ostéopathie en suivant 1 900 heures de cours au lieu des 4 800 heures de la formation complète.

Une sage-femme peut également évoluer vers l’enseignement, notamment les sciences techniques médico-sociales au lycée.

Une formation d’une année permet aussi à une sage-femme de devenir responsable d’un service de maternité (sage-femme cadre).

Auteur : Sandra Grès (08/11/2022)

Découvrez les compléments offerts par ORIENTACTION :

Si vous exercez le métier de sage-femme et que vous souhaitez vous reconvertir, nous vous conseillons l’article suivant :

DANS QUEL MÉTIER SE RECONVERTIR QUAND ON EST SAGE-FEMME ?

***

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre reconversion ou dans votre orientation professionnelle par un expert, contactez ORIENTACTION. Nous vous accompagnons !

ORIENTACTION, c’est :

  • Plus de 800 consultant(e)s expérimenté(e)s présent(e)s partout en France,
  • Près de 50 000 personnes accompagnées depuis sa création,
  • Des valeurs humanistes de bienveillance et de non -jugement,
  • Une méthode créée par un docteur en psychologie,
  • Un organisme de formation certifié QUALIOPI.

#Être accompagné(e)

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre évolution professionnelle ?

Contacter un(e) conseiller(ère)

Orient’Action® est un groupe de cabinets spécialisés dans l’accompagnement des évolutions professionnelles et le recrutement


Autres actualités

02 43 72 25 88 *
*Numéro national non surtaxé
Découvrir la boutique ORIENTACTION