02 43 72 25 88*
*Numéro national non surtaxé

Nos agences sont ouvertes :
Du lundi au vendredi de 9h à 17h
Le samedi de 10h à 18h

Contactez-nous - Réponse sous 24h

Trouver une agence

En ce moment

HÔTELLERIE RESTAURATION : IMPACT DU COVID-19 SUR LE SECTEUR, INTÉRÊTS D’UN BILAN DE COMPÉTENCES, OPPORTUNITÉ ET MOYENS DE FINANCEMENT

La crise sanitaire du Covid-19 est devenue rapidement une crise économique. Aujourd’hui le virus circule toujours et sa présence impose notamment des mesures de distanciation. Dans l’hôtellerie et la restauration, cela se traduit par une diminution respectivement des tables et des chambres disponibles pour la clientèle. Ces restrictions s’accompagnent d’une baisse de fréquentation des touristes pour des raisons liées à cette crise : suspension de certains vols internationaux, annulation de séjours, méfiance… Dans ce contexte, l’activité peine à reprendre. Une forte diminution du chiffre d’affaires, comparé à la même période l’année dernière, est observée. Et les aides de l’État n’absorbent pas l’intégralité des charges à payer par les chefs d’entreprise. Des emplois directs et indirects (commerce de gros…) sont menacés, ainsi que l’avenir des petites structures. De surcroît, certains établissements étaient déjà affaiblis avant le confinement, en raison des conséquences des manifestations des gilets jaunes puis des grèves. Les recrutements prévus avant le confinement sont différés. L’évolution de la propagation du virus est malheureusement imprévisible, ce qui fragilise particulièrement le secteur de l’hôtellerie restauration.

👉 Contactez-nous pour être accompagné(e) dans votre transition professionnelle 👈

HÔTELLERIE RESTAURATION : IMPACT DU COVID-19 SUR LE SECTEUR

Si vous travaillez dans ce secteur, vous avez peut-être des doutes quant au maintien de votre poste. Sachez que le contexte lié au Covid-19 représente une opportunité pour faire le point sur vos compétences et votre avenir professionnel. C’est l’occasion de vous former pour renforcer vos atouts professionnels, vous spécialiser, évoluer, ou, pourquoi pas, changer de voie. Le bilan de compétences constitue un moment privilégié de votre vie pour faire le point sur vos besoins, vos envies, vos forces et vos axes de développement.

 

Profitez du contexte lié au Covid-19 pour renforcer vos compétences

Le bilan de compétences va vous permettre de choisir les bonnes formations pour pouvoir renforcer vos compétences et disposer d’une valeur ajoutée pour les employeurs du secteur de l’hôtellerie restauration. Si vous n’avez pas de diplôme, c’est le moment d’en préparer un, afin de de maintenir votre emploi et faire carrière plus facilement dans la profession. Plusieurs niveaux de qualification existent : CAP (cuisine, restaurant, service en café-brasserie, service hôtelier), brevet professionnel (cuisinier, sommelier, barman…), bac pro restauration, BTS hôtellerie-restauration…

Le bilan de compétences identifie aussi les compétences rares sur le marché de l’emploi et permet de bâtir une stratégie de survie. Prenez le cas où vous travaillez en cuisine. S’il manque de pizzaïolos dans votre région et que cela vous correspondrait, c’est le moment d’acquérir ce savoir-faire. Avec un peu d’expérience, vous pourrez envisager par la suite d’acheter un camion-restaurant et y travailler, ou d’ouvrir votre propre pizzeria.

 

Avez-vous pensé à la VAE ?

Vous travaillez dans le secteur de l’hôtellerie restauration depuis trois ans ou plus et vous souhaitez obtenir un diplôme pour valoriser vos compétences. La VAE (validation des acquis de l’expérience) est un dispositif permettant de reconnaître officiellement les compétences acquises par l’expérience professionnelle, personnelle et associative. L’accès aux diplômes et à la reprise d’études est facilité.

 

Un bilan de compétences pour évoluer vers un nouveau poste

Le bilan de compétences peut être également l’occasion d’évoluer vers un nouveau poste davantage en adéquation avec vous, afin d’exprimer pleinement vos talents dans votre activité professionnelle. De la réception à la conciergerie, du service aux cuisines, d’employé à manager… En exerçant un métier qui vous correspond, vous serez notamment plus épanoui et plus confiant en vous-même.

 

C’est peut-être le moment de changer de voie !

Les conditions de travail dans le milieu de la restauration et de l’hôtellerie sont fatigantes à la fois physiquement et moralement. Les horaires décalés et l’attitude de certains clients peuvent être notamment difficiles à supporter. De plus, le salaire n’est pas très élevé. Avant la crise du Covid-19, vous songiez déjà à changer d’orientation professionnelle. À cela s’ajoute la fragilité actuelle de ce secteur, c’est peut-être le bon moment pour une reconversion ! Que votre souhait de reconversion professionnelle soit motivé par les conditions de travail ou non, vous devez avant tout vous diriger vers un métier épanouissant pour vous, mais où l’employabilité reste élevée. Pour définir un projet professionnel qui correspond à vos attentes, le mieux est de réaliser un bilan de compétences. Le bilan de compétences proposé par Orient’Action® met en évidence votre personnalité profonde. Avant toute reconversion, il est en effet primordial de bien se connaître. Une synthèse reprenant votre projet, vos atouts et vos axes de développement, ainsi que la mise en place d’un plan d’action, vous mèneront sereinement vers un métier en adéquation avec votre tempérament, qui vous permettra de vous accomplir pleinement, de valoriser vos talents. Un stage en immersion professionnelle sera préconisé en amont pour valider votre projet professionnel.

 

Nous vous livrons ci-après des idées de reconversion professionnelle possible. Mais il ne s’agit que de pistes. Seul un bilan de compétences vous permettra de construire un projet sur-mesure. Les métiers des services à la personne sont ceux qui recrutent le plus. Si ce que vous aimez avant tout c’est rendre service et que votre métier dans l’hôtellerie ou la restauration ne permet pas de mettre pleinement à profit cette qualité, le secteur hospitalier est une possibilité. À condition que le rythme soutenu et les horaires décalés ne vous fassent pas peur. Vous pourriez exercer par exemple comme ambulancier, aide-soignant ou infirmier. Si vous aimez les enfants, vous pourriez vous sentir plus épanoui avec un des métiers suivants : assistante maternelle, auxiliaire de vie scolaire, accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH), animateur socioculturel. Prendre soin d’autrui se révèle un élément essentiel également dans d’autres métiers : sophrologue, hypnotiseur… Vous pourriez aussi travailler au sein d’un salon de beauté ou de massage.

Si vous exercez une fonction administrative dans l’hôtellerie ou la restauration et que vous souhaitez simplement changer de milieu professionnel et non de métier, sachez que l’Éducation nationale recrute du personnel administratif.

Vous exercez dans la restauration et ce qui vous intéresse avant tout, ce sont les bons produits alimentaires. Pour vous épanouir pleinement, l’idéal pour une reconversion professionnelle peut être de vous diriger vers l’origine de ces produits, c’est-à-dire les métiers agricoles. D’autant plus si le travail en plein air vous attire. Vous pourriez devenir ouvrier agricole, viticulteur… Cette profession est d’ailleurs actuellement la plus recherchée dans le secteur de l’agroalimentaire. Le secteur de l’agroéquipement, à la fois dans le domaine de l’agriculture et celui de la technologie, est également en plein essor. La production et l’entretien de machines agricoles nécessitent des mécaniciens, des conducteurs d’engin… Par amour des bons produits, vous pourriez aussi devenir boulanger, pâtissier…

Si vous souhaitez vous éloigner davantage de votre milieu professionnel actuel, vous devez vous demander ce que vous avez toujours voulu faire, l’organisation de vie qui vous conviendrait… Le bilan de compétences vous aide à trouver les réponses à ces questions. Cela vous permet de construire un projet qui a du sens pour vous et d’envisager l’avenir d’une façon sereine et constructive.

 

Comment financer votre bilan de compétences ?

Vous êtes au chômage partiel : avez-vous pensé au FNE ?

En raison de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreux salariés se sont retrouvés au chômage partiel, voire en arrêt total d’activité. Dans ce contexte, le dispositif FNE (fonds national de l’emploi) formation a été renforcé, notamment pour augmenter l’employabilité. Cela vous permet par exemple de financer votre bilan de compétences. Actuellement, tous les salariés mis au chômage partiel sont éligibles, hormis les alternants. Dans le cadre du dispositif FNE formation renforcé, la prise en charge des frais pédagogiques par l’État, après validation de la demande par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), est totale. La durée du bilan de compétences ne doit pas être supérieure au nombre d’heures de l’activité partielle du salarié.

Le dispositif FNE formation renforcé vous permet également de financer votre accompagnement à la VAE sans mobiliser votre CPF (compte personnel de formation).

Vous pouvez aussi mobiliser votre CPF.

Le CPF permet de financer les formations nécessaires pour acquérir de nouvelles compétences afin d’évoluer dans son métier ou mettre en œuvre une reconversion professionnelle. À ce titre le bilan de compétences et les actions menées dans le cadre d’une VAE sont pris en charge. Toute personne dispose, dès son entrée sur le marché du travail, d’un CPF. Ce compte peut donc être utilisé par tous les salariés, les agents du secteur public, les travailleurs indépendants et les demandeurs d’emploi. Chaque fin d’année, le CPF est alimenté automatiquement, proportionnellement au temps de travail réalisé dans l’année. Le CPF vous offre une autonomie dans la gestion de vos formations. Votre compte sur la plateforme moncompteformation.gouv.fr vous indique le montant dont vous disposez tout au long de votre vie active (jusqu’à votre départ à la retraite). L’utilisation du CPF relève de la seule initiative du salarié ou du demandeur d’emploi. Vous n’êtes donc pas tenu d’en informer votre employeur. Pour utiliser votre CPF durant votre temps de travail, vous devez toutefois obtenir l’accord de votre employeur.

Votre entreprise peut également prendre en charge votre bilan de compétences.

Vous avez la possibilité de solliciter votre employeur pour le financement de votre bilan de compétences, dans le cas où le plan de développement des compétences de l’entreprise le prévoit. Les conclusions du bilan ne seront pas communiquées à votre employeur.

Prenez donc votre destin en main en réalisant un bilan de compétences. Cette démarche ne présente que des avantages. C’est l’opportunité de faire un point sur vos besoins, vos atouts professionnels (connaissances, savoir-faire et savoir-être) et vos souhaits. Des experts vous aident à construire un projet professionnel solide et qui a du sens pour vous. Et plusieurs moyens de financement existent. Il ne vous en coûtera donc rien, et votre niveau de rémunération sera maintenu.

 

👉 Contactez-nous pour être accompagné(e) dans votre transition professionnelle 👈

 

Lisez également l’article > LA CRISE DU COVID-19 – LES 10 MÉTIERS LES PLUS IMPACTÉS

Auteur : Sandra Grès
Orient’Action®– Groupe de cabinets spécialisés dans l’accompagnement
des évolutions professionnelles et le recrutement.


Autres actualités

02 43 72 25 88 *
*Numéro national non surtaxé

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de confidentialité pour plus de détails.